l'introduction des TIC dans la GRH

Publié le par danielus.over-blog.com

Organiser l’environnement du travail a toujours été le souci de ceux qui ont en charge la réalisation de l’une des activités économiques qu’est la production. Cette volonté de rassembler les éléments nécessaires à la production avec toujours plus d’efficacité a très vite mis en évidence la complexité du facteur humain. Ainsi, au cours des âges, différentes approches de la dimension humaine ont été observées  dans les organisations. Elles correspondent aux niveaux d’organisation du travail. Nous tenterons de jeter un regard sur ces principaux courants d’idées :

  • le taylorisme : il est un concept d’organisation du travail dont le précurseur est Taylor. Taylor est parfois présenté comme un autodidacte qui a gravi les échelons de l’entreprise Midvale Steel Company jusqu’au poste d’ingénieur par une observation minutieuse des attitudes professionnelles et une capitalisation des expériences de rationalisation du travail en atelier. Sa pensée se résume autour de quatre (4) grands principes :

-          développer une approche scientifique afin de déterminer la méthode la plus efficace pour réaliser le travail. Ce principe est basé sur l’étude et la classification des savoir-faire  traditionnels et empiriques des ouvriers. Ensuite seront formalisées et organisées, les pratiques  qui en découlent de telle manière qu’elles s’imposent au travailleur comme prescriptions absolues de l’exécution du travail (the one best way).

-          Séparer définitivement la conception de l’exécution du travail en excluant l’opérateur de toute prérogative en matière d’organisation du travail et en affirmant le rôle prépondérant des dirigeants dans la définition des méthodes de travail et des modalités de son exécution.

-          Sélectionner l’individu le plus habile pour accomplir le travail défini. Ce principe repose sur le choix judicieux des occupants des postes de travail (the right man at the right place) ;

-          Contrôler la performance de l’opérateur  à partir des opérations à exécuter par un encadrement rigoureux et une stimulation au rendement.

  •  Le développement de la rationalité sociale dans les organisations : il naquit au cours de la première moitié du XXème siècle par une contestation du modèle taylorien.  C’est un principe de mouvements sociaux engagé dans les années trente qui prône la considération sociale des salariés par leur émancipation. Des études d’Elton Mayo révèlent l’école des relations humaines qui constitue la première approche réelle de la dimension humaine dans les organisations. Elle soutient la promotion et l’importance de la réalité sociale dans le schéma organisationnel. Cette école inspirera l’approche de la motivation dans les années cinquante.

A l’heure contemporaine, la problématique « ressources humaines » se situe au niveau de la nécessité de résoudre des problèmes de qualité, de motivation, pour faire face aux éventuels changements de l’environnement économique et social.

Résultat de multiples mutations, toute organisation évolue actuellement dans un environnement fortement concurrentiel avec souvent un devoir de service public pour le cas des entreprises publiques et parapubliques.

C’est dans un environnement économique fortement marqué par le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) que s’exerce désormais l’activité commerciale.

En effet, l’avènement des TIC bouscule l’activité des entreprises et a entraîne l’accroissement de la concurrence.

Dans le souci de défendre ses centres d’intérêt toute entreprise doit adopter un plan stratégique de développement. Ce plan stratégique pourrait prévoir entre autres : la modernisation des services pour une adaptation des produits aux exigences de la clientèle ainsi que le développement des compétences par une stratégie de management des ressources humaines axée sur la formation et la motivation.

L’un des volets importants donc de ce plan stratégique concerne la gestion des ressources humaines, fonction des entreprises et discipline des sciences de gestion qui agit au même titre que les autres fonctions de l’organisation.

De façon généralisée, cette fonction est entrée dans une phase d’intégration rapide des TIC à tel point que la notion de gestion des ressources humaines assistée par ordinateur (GRHAO) est aujourd’hui une réalité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article